supermarket-949913_640En mars 2016, j’ai réalisé que mon mari et moi avions dépensé plus de 1 000 $ en nourriture le mois dernier. Je savais aussi que nous avions jeté beaucoup de nourriture, car nous allons souvent au restaurant ou commandons de la maison, malgré le réfrigérateur plein. Cette folie devait cesser.

Nous avons encore occasionnellement des mois plus chers, comme les 2 mois suivants la naissance de notre fille. Mais ces temps-ci, nous dépensons environ 700 $ en nourriture par mois pour notre famille de trois, ce qui est en plein dans la moyenne du ministère américain de l’Agriculture (USDA) pour le coût de la nourriture. Nous y arrivons en ne jetant presque rien.

Il y a du gaspillage alimentaire hors de votre contrôle, Par exemple, certaines épiceries refusent d’avoir des articles qui ne sont pas parfaits visuellement. Cependant, un tier du gaspillage se passe à la maison. J’ai découvert que de réduire mon gaspillage, comme d’utiliser de vieilles bananes pour faire du pain aux bananes ou de prendre des mélanges de légumes et de les ajouter à un repas de pâtes, m’a aidé à reprendre le contrôle de ma facture d’épicerie.

Voici comment nous avons réduit notre facture mensuelle d’épicerie de 30 % :

1. Planifier ses repas en avance

La planification évite les décisions de dernière minute qui finissent souvent en commande au resto. Cela aide aussi à faire des achats plus réfléchis. Cependant, soyez réalistes : si vous n’avez que 30 minutes pour cuisiner les soirs de semaine, planifiez des repas simples. Gardez les repas plus longs pour la fin de semaine. Si vous êtes habituellement épuisés le vendredi, planifiez-le aussi.

La plupart des semaines, nous planifions de la pizza surgelée et du brocoli au parmesan pour les vendredis, car je n’ai plus d’énergie pour cuisiner rendue là. Depuis que nous avons inclus ce repas super simple à l’horaire, nous avons jeté moins de nourriture puisque nous avons respecté notre plan de repas.

2. Tirer avantage du congélateur

vegetables-4797297_640On congèle tout. Nous avons une collection de contenants en verre avec des couverts où nous pouvons écrire dessus. Tout est identifié avec la date, ce que c’est et la quantité. Nous mettons la nourriture directement au congélateur à moins de la consommer bientôt afin de ne pas l’oublier et en jeter.

On utilise souvent des légumes surgelés, surtout l’hiver lorsque les légumes frais sont ordinaire ou hors saison. Je magasine les samedis, alors mes repas du jeudi et du vendredi contiennent surtout des légumes surgelés afin de garder la fraicheur des aliments.

Les produits frais sont géniaux, mais les produits surgelés sont tout aussi nutritifs.

3. Cesser d’ignorer les petits restants

Si vous avez de petits restants de viande, mais pas suffisamment pour en faire un repas complet, vous avez probablement les débuts d’un délicieux repas !

[…]

J’ai cuisiné des “cheesesteaks” avec des restants de poitrines et de tacos avec du porc au BBQ. Je peux transformer un restant de pâtes en un délicieux frittata ou bien un restant de côtelette de porc en une omelette. Lorsque vous laissez aller votre créativité, vous pouvez prolonger la vie des restants.

Reconvertir les restants afin de les rendre plus intéressants leur donne plus de chance d’être mangés. Non seulement nous réduisons le gaspillage alimentaire, mais nous économisons en achetant moins de bacon et de saucisses pour les déjeuners, par exemple.

4. Mon mari et moi avons eu une discussion honnête

Nous connaissons tous une personne qui déteste les restants ou la planification de repas. Quand vous habitez avec, elle peut devenir un obstacle à la réduction de la perte de nourriture. Ayez une vraie conversation respectueuse à propos de votre motivation à réduire votre gaspillage alimentaire.

black-and-white-2590810_640Si c’est une question d’argent, traquez ce que vous dépensez et prenez des photos de ce que vous jeter afin de visualiser le problème. Si c’est afin de réduire votre empreinte dans les dépotoirs, discutez de vos valeurs environnementales. Trouvez des solutions qui conviennent à tous.

Si un aime les restants, mais pas l’autre, peut-être qu’un des deux peut les apporter comme lunch au travail. Si un des deux déteste faire la planification, peut-être que celui-ci peut laisser la planification à l’autre, mais accepte de manger ce qui est préparé. Ce qui fonctionne pour un couple peut ne pas fonctionner pour un autre couple. Comme dans toutes les relations, la communication est la clé.

Article original anglais ici.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s